Voyage dans l'Amazonie des Terres Froides

Voyage dans l’Amazonie des Terres Froides

Série Nouvelle Zélande,New Zealand Series

De longues années en Australie, plongée au quotidien dans ses aridités et ses jungles ne me prépara pas à la nature primitive de la côte ouest de l’île sud de la Nouvelle Zélande. Le vert d’écume de vagues et de vie verte en décomposition d’où bruissaient des oiseaux furtifs camouflés, des plantes des glaces grises, se mélangeaient des cycads géants en désordre parfait,inspirant cette exposition d’une centaine de tableaux verts qui se bousculent côte à côte.

C’est une Amazonie des Terres Froides, terres au bout du monde, soulevées par des mers enragées, des algues noires comme des filaments de pneus caoutchouc, terres australes intactes du choc brutal de leur enfantement, baignées d’eau et de présence.
Inspirée aussi de la lecture du magnifique roman de Jean Raspail, « Qui se souvient des Hommes », l’exposition fait figurer l’Homme seul dans le paysage gigantesque et vert de l’océan vertical, terre reconstruite à chaque instant par les secousses sous-terraines tourbeuses qui engloutissent marin et voyageur.
L’exposition est conçue pour agir sur les sens. On rentre dans cet univers sur la pointe des pieds, en écoutant le silence habité de la forêt et en se plaçant sur le promontoire pour mieux surprendre les ombres et les éclairs de lumière émanant des kauris et des lins géants.

Many years in Australia, plunged into its aridity and jungles could not prepare me for the primaeval West Coast of New Zealand’s South Island. The green tints of the seas and green life in a state of decomposition from where rustles furtive birdsong hidden, where plants from grey glaciers mingled with tropical giants in perfect disorder inspired this massive 100 forest painting wall-to-wall event.
It’s an Amazonia of the Cold Lands, lands on the edge of the world, heaving with boiling seas, black algae like rubber filaments, austral lands that have just birthed, flooded with water and presence.

Inspired also by Jean Raspail’s novel ” Qui se Souvient des Hommes”, the series places an imaginary man in the centre of this awesome landscape and gigantic vertical ocean that is the forest, a land which reconstructs brutally at each telluric quake, burying voyager and sailor.

The exhibition is designed to act on the senses. One enters on tiptoe,listening to the silence from the promontory to better soak in the shadows and dapples of light streaking in from the forest canopy.